Compte rendu – Trail des Fleurs 2019

Barèges 25 km – D+1500  – l’Ayre fleurie 

Les imprévus ne sont pas des excuses

Pour la 2e année, l’association biches&Run organise un bel événement dans le village de Barège. Après un Trail de 13km l’année dernière, cette année les filles nous ont gâtées avec pas une, mais deux distances, 13 et 25 km. Vous pouvez retrouver le CR de la 1ère édition de la course ICI. Cette année je prends le départ des 25km qui, déjà sur le papier, me donne mal au cuissous, mais semble être une parfaite préparation pour mon marathon trail d’août.  

Trail des fleurs 2019 dénivelé

Ce qui devait être un magnifique weekend dans la vallée de Gavarnie avec l’amoureux pour le weekend, s’est transformé en aller-retour express dans la journée!

Pour la faire courte, après un problème de clef de démarrage sur le camion le vendredi matin, c’est la boîte à vitesse qui a cédé le vendredi après-midi… Quand ça a désiré ne pas fonctionner comme prévu, c’est jusqu’au bout !

2 solutions : soit j’annulai ma course, ou sinon je me tapais l’aller-retour dans la journée. Bon, pas de suspense, si vous lisez ces lignes, vous vous douter bien du choix que j’ai pris.

Départ 13h30 pour les 25Km et 14h00 pour les 13km

6h30: Le réveille sonne, mais je suis réveillée depuis déjà un long moment. Je ne suis même pas sur d’avoir vraiment beaucoup dormis ; j’étais un peu angoissée à l’idée de prendre le départ de cette course. Je me suis rendue compte  la veille du dénivelé qui m’attendait et en le comparant à la course d’Esplette, j’ai bien compris que la course faite le weekend précédent n’était qu’une mise en bouche, comparé à ce qu’il m’attendait dans quelques heures…

7h15: J’embarque avec moi 2 pommes cuites pour le petit dej et un grand café. Mon gâteau spécial course est aussi dans le sac, je le mangerais à 10h30 sur la route. Allez GO en voiture, j’ai 4h20 de route à faire avant d’arriver à Barège. Je préfère prendre mon temps à l’aller en prenant la nationale, pour le retour ça sera autoroute et la moitié de mon PEL…

10h30 : la route est longue… la mauvaise nuit se fait clairement ressentir! Je m’arrête 10min, le temps de manger mon gâteau aux carottes et marcher un peu pour me dégourdir les jambes.

12h00 : c’est bon ! Arrivée à Barège, j’avais oublié combien le trajet pouvait être long. Au retour c’est non négociable, je prends l’autoroute! Je ne suis pas du tout dans mon assiette, je me demande vraiment ce que je fais là. Je suis fatiguée et le moral à zéro! Je file chercher mon dossard avant de finir de m’équiper.

12h30 : j’ai mon dossard, un joli gobelet et un tour de cou a l’effigie de la course, j’adore! Il est temps de se préparer, j’essaie d’estimer le temps qu’il me faudra pour faire la course, pour ne pas manquer de ravitaillement et là je panique… seulement 2 ravitos sur la course, beaucoup plus de dénivelé que le weekend dernier ; je vais sûrement mettre bien plus de temps, et en plus il fait un grand soleil…. Bon! Pas de panique! 3 barres, 1 compote et un sachet de gommes, ça va aller… bon dans le doute je rajoute une compote, on sait jamais!

13h00 : Je suis près de la ligne de départ, je trouve un petit coin abrité du soleil et j’en profite pour me pauser un moment. Le speaker rabâche qu’une portion de la course digne d’un km vertical nous attend… je suis de plus en plus stressée!

13h15 : On se rassemble sur la ligne de départ, je me demande de plus en plus ce que je fais ici… 1500 de dénivelé, mais qu’est-ce qui m’a pris….

13h30 : Dernier speech de l’organisation, on a tous nos doigts sur les montres près à faire feu et …

…1, 2, 3 c’est parti, un pied devant l’autre on se retrouve à l’arrivée…

5 à 10 km : Et voilà, hourra 1er ravitaillement passé, aller go je redescends. Si la montée était raide, la descente est tout aussi fatigante : plus de 5km de pure descente sur les tracés des pistes de ski. Le chemin est plus ou moins dégagé, mais les genoux et cuissous en prennent un sacré coup ! Une fille me passe devant à toute allure, HOUA quelle descente ! je la rattrape un peu plus bas, et la félicite pour son agilité. Je suis impressionnée et j’espère un jour avoir autant de facilité et de souplesse en descente qu’elle! Entre 2 virages j’aperçois, sur la colline en face, l’arrivée de la course. A vole d’oiseau elle semble si près de nous… mais le chemin pour y arriver est encore loin…

10 à 15 km : La descente touche à sa fin, nous arrivons de nouveau près de la ligne de départ. Le reste de la course, je le connais, ce sont les 13km déja faits l’année dernière. Ça grimpe fort, mais je suis bien plus en forme que sur le début de la course. Je relance au moindre faux pas et passe devant de nombreux coureurs pour qui la 2ème côte semble fatale…

15 à 20 kmLe sommet est encore loin, mais pas de panique. J’avance à mon rythme, un pas devant l’autre et un bâton après l’autre… Je discute pendant un bon moment avec un coureur dénommé Eric. On a le même rythme pour le moment, on échange nos « exploits » sportifs et nos entraînements. Le temps passe plus vite, mais rapidement je le laisse passer devant, il relance la course plus souvent que moi. Au 18ème km, le 2ème et dernier sommet est atteint. Je me souviens comme si c’était hier, de la descente vertigineuse qui m’avait impressionnée l’année dernière. Étrangement cette année elle me fait moins peur , toujours aussi technique, mais je ne suis maintenant plus dans l’inconnue.

20 à 25 km : Prise d’un violent point de coté, je stop ma course nette pour laisser un coureur que je gène depuis déjà quelques foulées, trop à mon goût. À peine arrêtée voilà que ce qui me tordait de douleur quelques secondes auparavant est complètement oublié. Je repars de plus belle et je rattrape en quelques enjambées le coureur que je venais de laisser passer… « Hé, tu veux repasser, me dit-il » « beh écoute je suis désolé, mais si ça ne te dérange pas j’ai plus mon point de coté et là ça va plutôt très bien… » il se décale et me voilà repartie de plus belle. Je suis préparée au dernier km qu’il faudra remonter, je connais cette partie et vraiment ça m’aide. Je passe de nouveau devant quelques coureurs qui me demande si ça continue de grimper encore longtemps ; je leur montre l’arrivée qui n’est vraiment plus très loin et les rassure du mieux que je peux. Certain se sont fait surprendre par la fin de la course et prennent cette dernière petite montée comme un coup de massue sur le museau…

La ligne d’arrivée et là, juste devant moi. Je monte rapidement jusqu’à la croix, en profite pour doubler une féminine, tant qu’à faire =), et je redescends directe vers la ligne d’arrivée ! Et voilà ! Arche passée en un peu moins de 3h45, pas vraiment fière du temps passé sur ma course ni même de mon classement en général, mais le dénivelé est passé et je sais déjà un peu mieux ce qui m’attend sur ma course à Larrau en août…

Un grand merci aux filles de l’association Biche and Run et à tous les bénévoles. Cette année encore votre course a été parfaitement bien orchestrée, du début à la fin. C’était de nouveau un grand plaisir de courir ce trail des Fleurs et vous pouvez compter sur moi pour 2020! La nouvelle distance rajoutée à la course était parfaite et si vous voulez nous rajouter quelques km je signerais quand même =) 

 

Pour plus de photos  c’est ICI 

Et le classement général des courses ICI 

Le parcoure et ma course sur STRAVA

Trail des fleurs 2019

 

Un commentaire Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s