Compte rendu – Course des crêtes d’Epelette

Espelette – 28Km – D+1100- 2019  

Poumons sous pression!

Avant de vous parler de la course, un petit retour dans le passé s’impose. Nous sommes le 7 août 2018, je suis au Mens avec l’amoureux sur un rassemblement de voitures. Ma cocotte est dans son jardin au soleil et le coco sur les crêtes d’Espelette. 17h00 le téléphone sonne, c’est coco qui appelle ses 2 frapas pour annoncer son arrivé et nous parler de la course. Avant de raccrocher tous les 3, on se fait une promesse : l’année prochaine, les 3 Frapadingues prendront ensemble le départ de la course….

Et c’est comme ça que, 1 ans plus tard, je me retrouve avec mes 2 frapas, le coach, Sophie et Vincent sur la ligne de départ pour 28km dans les collines Basques !

Plusieurs distances sont possibles pour découvrir ou redécouvrir les fameuses crêtes d’Espelette (je dis redécouvrir parce qu’on a quand même appris que coach faisait cette course pour la 17 fois…. faut croire qu’il aime ça!)

En distance de course, il est possible de faire 28 km, 20 km, 14 km et 7 km 

Trail des crêtes d’Espelette 2019

Pour profiter un peu du weekend, et ne pas simplement faire la course et repartir, nous sommes arrivés le vendredi en fin de journée et repartis seulement le dimanche matin, ce qui nous a laissé le temps de profiter des bons produits basques et de ce fameux piment d’Esplette

Départ 13h30 pour les 28Km

7h30: J’ouvre un œil, c’est encore calme dans le camping-car le reste de la team dort encore.

8h30: un brin de toilette et un grand café plus tard, il va falloir patienter jusqu’à 10h30 pour manger…. c’est long. On s’occupe comme on peut, mais les jambes ont la bougeotte.

10h30: A TABLE! Je sors mon super petit dej d’avant course : un délicieux cake de carotte, coach est aux patates compotes et mes 2 Frapas se régalent de pâte et d’œuf

Trail des crêtes d’Espelette 2019

11h30 on commence à s’équiper. Il est encore tôt, mais on fini par en avoir marre de tourner en ronde

12h00 Vincent arrive juste, on finit de se préparer et direction le centre-ville, à moins d’1km de notre  résidence secondaire sur roulette.

12h30 Un petit tour sur le village de la course, dernier arrêt pipi et on passe sous la halle pour s’abriter du soleil qui tape bien fort à cette heure là. 

13h15 On se rassemble derrière la ligne de départ, Sophie nous y attend. On continue de papoter, l’échauffement se fera sur la course…

Trail des crêtes d’Espelette 2019

13h30 On est tous dans le starting bloc… mais l’organisation nous demande de patienter encore un peu, le temps de régler quelques détails techniques qui n’étaient autres que le ravitaillement en eau.

Trail des crêtes d’Espelette 2019

13h40 Tout est ok, derniers mots du spiceur et …

…1, 2, 3 c’est parti, un pied devant l’autre on se retrouve à l’arrivée…

1 à 5 km : Le temps est très lourd… une chaleur de plomb mélangée à un fort taux d’humidité : l’air est étouffant! On attaque de suite sur de la route et une belle côte. Je tente de suivre coach, mais très vite, mes jambes ne suivent plus, enfin plutôt mon souffle… je suis prise d’une crise d’asme qui me bloque la respiration. J’ai le souffle court, les jambes en coton. Je ne suis pas asthmatique de base, mais depuis quelques mois je déclenche des crises quand le temps est lourd et humide. La course commence très mal. Je me retrouve en toute fin de peloton, impossible d’avancer. À chaque respiration mes poumon sifflent… la course va être longue ! 1er ravito, je prends le temps de boire, de toute façon je souffre tellement du manque d’oxygène que le mieux est encore que je prenne mon temps pour ne pas tourner de l’œil.

5 à 10 km : Le coach a dit : « votre course commencera à partir du 9e Km, avant vous aller souffrir et beaucoup marcher », il ne s’était pas tromper… J’aperçois au loin la montée faire le plus haut sommet. Je recherche toujours de l’air, une 1ère descente me redonne un peu de plaisir à courir, mais je sens que le plus dur reste a faire. C’est bon, on entame la partie la plus dure de la montée, impossible de marcher, mais le ciel est plus couvert. Il fait moins chaud, le taux d’hygrométrie est énorme, mais je sens mes poumons reprendre vie doucement, un pieds devant l’autre. Ma respiration reprend vie! Mon œil devient de plus en plus vif, et plus je grimpe, plus le sourire se dessine sur mon visage. C’est bon, je suis sur le 1er sommet! Je prends un grand bol d’air, les poumons se gonflent et go, c’est partie, on va les manger ces crêtes!

10 à 15 km : Je galope plus ou moins vite, les passages sont très roulants, les personnes devant moi ont la même allure que moi. Je profite du paysage, c’est grandiose. Malgré la brume, le paysage est à couper le souffle. La crise d’asthme faite au début de la course est complètement oubliée. Je me sens bien sur les collines basques ; mes jambes dévalent les km avec plaisir. Je prends le temps de m’arrêter à chaque ravitaillement pour prendre un peu d’eau et quelques fruits secs.

15 à 20 km : On cavale les crêtes de sommet en sommet. Je marche sur les portions les plus raides et laisse les jambes gambader quand c’est plus roulant. Je remonte le peloton, mètres après mètres. Moi qui était dans les dernières il y a quelques km, je me retrouve avec des coureurs de mon allure. Je me sens bien et le sourire est indécrochable de mon visage. j’aperçois la dernière belle côte ; pas de panique j’ai encore les jambes en pleine forme. Je rattrape encore quelques coureurs.

20 à 25 km : C’est bon, tous les sommets sont passés, il ne reste plus qu’à cavaler pour rejoindre le village d’Espelette. Quelques arrêts aux tables de ravitaillement quand même. Les bénévoles sont nombreux et l’ambiance est là à chaque fois ; coach ne s’est pas trompé, cette course il faut vraiment la faire au moins une fois et je comprends qu’il l’ai déjà fait à de nombreuses reprises !  Oh, mais en parlant de lui, qui je vois au loin?! Mais oui, c’est lui!! J’accélère pour arriver à sa hauteur, je lui demande si tout va bien. Malheureusement pour lui, mal d’estomac qui l’empêche de dérouler sur les derniers km. Il me dit de passer devant, qu’il suit pas loin… à peine quelques foulées, je l’entend me rappeler « attend on essaie de la finir ensemble », ah oui avec plaisir coach. On se suit sur quelques centaines de mètres, mais mes jambes ont la bougeotte ; coach le voit et me dit de galoper, qu’il ne suit pas loin. Il finira la course quelques secondes à peine après moi.

Trail des crêtes d’Espelette 2019

25 à 28 km : On arrive dans le village, l’ambiance est vraiment festive. Tout le monde nous encourage, j’ai la banane, je suis tellement heureuse et en forme que j’ai presque envie de repartir… n’exagérons pas quand même =) je me rapproche de la ligne d’arrivée en zigzagant dans les rues d’Esplette. Ligne d’arrivée en vue sourire au max ! Et 28km en 3h30, si on m’avait dit ça quelques heures avant j’aurai bien rigolé….

Mes 2 Frapas et Vincent sont déjà à la bière sur les tables de ravitaillement. Coach arrive moins d’une minute après moi et Sophie suit, ne tarde pas non plus à nous rejoindre.

Un grand bravo pour les bénévoles organisateurs et participants de cette course. Vous savez chaque année rendre cette course mythique! Et nous savons déjà où les 3 Frapas&Co se retrouveront l’année prochaine à la même date! 

 

Pour plus de photos  c’est ICI 

Et le classement général des courses ICI 

Le parcoure et ma course sur STRAVA

 

Un commentaire Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s