Compte rendu – La Sarladaise

Sarlat-la-Canéda – 38Km – D+1140- 2019  – Le Ronde des Châteaux 

Elle est où la princesse?!

Compte rendu de la course sarladaise 2019 la ronde des chateaux

Une course, pas vraiment prévue au planning, mais son organisateur Alain Couderc m’en avait tellement chanté des louanges l’année dernière que je n’ai pas pu résister à épingler un dossard pour 38km quelques semaines après les 44km du Périgord grand trail.
Un dossard oui, mais pas à n’importe quel prix. Je sens mon organisme fragile et fatigué en ce moment, coach m’a bien dit que si vraiment je voulais la faire, (pas une très bonne idée selon lui) c’était en rando course seulement. Et quand on a vu la météo annoncée pour le jour de la course (35°c), l’idée même de tenter de la courir comme une course habituelle ne m’a même pas traversé  l’esprit!
On sera donc 4 participants de notre collectif Bergerac Running à prendre le départ de la course (Gregory, Sophie, Cyrille et moi)

Départ 8h00 pour les 38Km, 10h00 pour les 6 et 13 km

4h30: Le reveil sonne, je n’ai presque pas fermé l’œil de la nuit… nous sommes passés de 15°C à 35°C en moins d’une semaine, autant vous dire que l’organisme ne comprend pas du tout ce qui se passe chez moi. Je peine à me lever ; Allez, de beaux châteaux m’attendent dans quelques heures et quelques km.
5h30: Petit déjeuner avalé, sacs chargés dans la voiture, je me fais un grand café et GO
5h45: En voiture Simone c’est parti pour 1h30 de route de campagne…
7h05: J’arrive sur le parking, la route m’a crevée. Antoine de Run Bergerac est là (belle surprise); J’aperçois aussi Sophie et Cyrille! Ils sont tout autant réveillés et motivés que moi…. Ça promet.
7h45: Dossard Ok, pause café ok, pause pipi ok, blabla avec les copains c’est ok aussi. Pour l’échauffement perso, on verra pendant la course ; après tout, on ne s’échauffe pas le dimanche matin quand on part en rando-course avec les copains. =)
On est un peu plus de 60 à prendre le départ de la course entre les solos et relais; autant dire que l’on tient presque tous sur une même ligne au départ. Je retrouve Jean Luc juste avant le départ (un ami qui cours de temps en temps avec nous sur Bergerac) il me propose que l’on fasse le début de la course ensemble. Moi dans mon esprit, de toute façon, j’étais incapable de suivre qui que ce soit ce matin là… Et je n’aime pas retarder les autres, on verra bien si je le suis.
7h55: Petit spitch des organisateurs et

 

…1, 2, 3 c’est parti, un pied devant l’autre on se retrouve à l’arrivée…

1 à 5 km: On attaque fort avec une belle montée directement dans les pattes! Les coureurs en duo partent à toute allure… ne pas se laisser entraîner par leur allure. Bon, perso, pour moi ça ne risque pas, il fait déjà très chaud et les jambes sont raides!
Je rouspète! Pas évident, au départ d’une course, de trouver son allure « tranquille ». Je laisse passer Sophie, Antoine et Cyrille devant moi. Jean Luc est juste derrière moi, mais passe rapidement devant moi aussi. Même marcher dans la côte est compliqué, je ne suis qu’à 3km; bon allez j’arrête mes bêtises, je ne force pas la machine, je suis là pour les châteaux pas pour le chrono!  J’arrive en haut de la 2e côte. Antoine est là….Mais ça ne va pas, “tu es blessé?! « Non je la fais tranquille la course, je reste avec Sophie ». Il a bien raison, cette course, on va se la faire à la cool, pour le plaisir. Je laisse passer Sophie et Antoine devant nous,  Jean Luc reste avec moi.
Et me voilà partie, non plus à râler, mais refaire le monde en papotant. Gregory nous suit aussi, non loin derrière (il avait prévenu avant de partir, le 1er que je vois derrière moi sur cette course, je le fais avancer à coup de bâton).
Compte rendu de la course sarladaise 2019 la ronde des chateaux
5 à 10 km: j’ai l’impression que les Km passent bien plus vite, on parle de tout et de rien. Au 6e km, 1ère table de ravitaillement; je ne me suis encore jamais arrêtée aux ravitos pendant une course, je préfère toujours m’alimenter avec mes propres produits. Mais aujourd’hui, je prends mon temps, et pour dire la vérité, avec la chaleur, je me sens incapable de manger quoi que ce soit de vraiment solide. Les 5 barres que j’ai emportées dans mon sac ne me seront d’aucune utilité, c’est sur! J’ai quand même pris 2 compotes heureusement. Sur la table, de beaux morceaux de bananes, hum! Allez 1, 2, 3 morceaux, bon il est temps de repartir… en marchant bien sûr; une belle côte nous attend, mais au sommet une vue magnifique!

 

10 à 15 km : au 12e km on commence la montée vers le château de Beynac. Heureusement que nous sommes en sous-bois : la montée est raide, et la chaleur de plus en plus écrasante, je bois toutes les 2 min. Arrivée sur les hauteurs, une vue magnifique sur le château ; quelques photos et hop, on est repartie sur la descente en pavés. Mes 1ères foulées ne sont pas vraiment sereines, j’ai peur de glisser; mais non, tout va bien, je peux dérouler tranquille. Arrivée en bas, c’est le 2e ravitaillement et l’échange des relais. Je retrouve Sophie et Antoine, on discute rapidement, Greg aussi est là. 2 morceaux de banane plus tard, j’attends Jean Luc qui finit de remplir ses flasques et nous voilà déjà repartis. Sophie et Antoine on prit un peu d’avance, et Greg repart quelques secondes après nous.
15 à 20 km : Jean Luc me signale qu’il est de plus en plus dans le rouge; bon là , j’avais 2 choix : ou continuer à mon allure, ou ralentir pour prendre la sienne. J’ai choisi de continuer mon chemin pour rejoindre Sophie et Antoine que j’avais toujours en vue (jugez mon comportement comme vous le voulez…). 5km de plat sous un soleil qui tape de plus en plus, pas facile de garder l’allure.
20 à 25 km : Arrivée à la Roque Gageac, une belle montée… ça nous avait presque manqué. Heureusement pour nous, une grosse partie est en sous-bois. Nouvelle petite pose sur le 3e ravito où l’on retrouve Cyril qui semble lui aussi bien souffrir du soleil. 3 morceaux de bananes, on refait le plein de flasque et go, c’est repartie pour un gros km de montée en sous-bois. Je le fais en rando plutôt tranquille avec Sophie, Antoine et 2 autres coureurs.

 

25 à 30 km : Derrière chaque montée se cache une désencarte (je ne vous apprends rien là j’espère….) et pas des moindres! On allonge la foulée et on profite de la petite brise en sous-bois pour récupérer. Il ne reste plus que quelques km avant le mur annoncé au 30e km, je prends alors un rythme souple à chaque petites montées. Je stope la course et passe en mode rando, je profite du beau temps et des beaux paysages, salut chaque bénévole que je croise. Plus le soleil tape plus je me sens bien, étrange. Je garde un oeil attentif sur mon cardio, mais de ce côté là tout est ok, voir même plutôt bas pour une journée aussi chaude et en effort depuis déjà 4h00.
30 à 35 km : Le mur est passé, j’ai pris mon temps et à mon rythme. J’ai pris de l’avance sur Sophie et Antoine qui souffre de crampes à répétition . Je remonte quelques coureurs qui sont eux aussi écraser par la chaleur, toujours l’œil sur mon cardio et à l’écoute de mes sensations.

 

35 à 38 km : dernière table de ravitaillement. Au moment où j’arrive, la femme juste devant moi sur la course repart. Je vous laisse imaginer ce qui m’est passé par la tête…( Pardon coach je sais je ne joue pas avec le classement, mais là c’est trop tentant…) Je recharge ma flasque pour les derniers km qui me restent. Je connais la fin du parcours, je l’ai emprunté en sens inverse l’année dernière sur les 12km; je sais très bien qu’il me reste une lonnnnng ligne droite, une petite montée et hop j’arrive. Malgré mon arrêt aux ravitos, j’ai la coureuse en vue; je ne fais tout de même pas n’importe quoi, 4 km cela  peut être long sur la fin si j’envoie trop vite. Je grappille quelques centimètres entre elle et moi à chaque foulée, la côte arrive…. c’est là que je fais ma place hop hop, j’arrive à sa hauteur. Bon je ne suis pas non plus une Connasse*, je lui dis qu’il nous reste un petit km encore à faire. Je vois qu’elle ne porte qu’une ceinture d’hydratation, avec de toutes petites gourdes. Je lui demande s’il lui reste toujours de l’eau, c’est ok pour elle. Allez go, pleins gaz alors ; montée finie, je déroule les gambettes , un coucou au dernier signaleur et j’aperçois à 700m l’arche, sourire jusqu’aux oreilles, je suis bien!
Arche franchie……là je suis sur les fesses… 1er de ma catégorie, alors là, vraiment je ne pensais pas (bon j’ai compris après qu’on était que 2 dans ma catégorie forcement c’est moins compliqué comme ça…) Un coucou à Alain, je le remercie vraiment pour ce beau parcours et cette organisation parfaite!
Je file à la douche en attendant que les copains arrivent. Sophie fait elle aussi podium dans sa catégorie, elles sont bien entrainées quand même ces femmes de BERGERAC RUNNING =). On papote un peu pendant la remise des podiums et c’est déjà le moment de repartir.

 

Merci aux organisateurs et bénévoles de cette course. Comme l’année dernière, j’ai pris beaucoup de plaisir en terre Sarladaise, le parcours valait vraiment le déplacement. Et pour une fois que je peux parler des tables des ravitos, elles étaient parfaitement bien garnies (vive les bananes) et toujours avec un accueil et une disponibilité des bénévoles adorables (merci aux dames qui m’on remplie mes flasques). Alors je peux ne souhaiter qu’une chose pour cette belle course, qu’il y est encore plus de monde pour 2020 et pourquoi pas quelques châteaux supplémentaires à visiter. =)

Compte rendu de la course sarladaise 2019 la ronde des chateaux

Pour plus de photos  c’est ICI 

Et le classement général des courses ICI 

Le parcoure et ma course sur STRAVA

Compte rendu de la course affiche-sarladaise-2019

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s