Compte rendu – Grand trail du Périgord

Lalinde– 44Km – D+1200- 2019  – Trail des Bastides

Alors c’est ça le bonheur?!

On peut l’appeler Désirée cette course! Des mois que je l’attendais. Des fractionnés, des séances de côtes et d’escaliers pour enfin être prête pour le grand jour de la course.  Si l’année dernière j’avais voulu faire seule la prépa de mon semi-marathon (CR ICI), cette année je voulais être plus entourée, je voulais être sûre de pouvoir donner le meilleur de moi-même. Et c’est tout naturellement que j’ai rejoint mes 2 Frapa dans le collectif de Bergerac Running, mené par le coach Stephane.
dénivelé Compte rendu - Grand trail du Périgord - Trail des bastide distance marathon
Les séances sont souvent compliquées, j’ai même souvent peur d’exploser en plein vol, mais je fais confiance au coach et à la bonne humeur des copains et copines, qui à chaque séance me donne toujours envie de venir avec le sourire et l’envie de me surpasser.
Oui, je commence par un long Blabla avant le compte rendu, mais il faut rendre à César ce qui appartient à César. Sans cette Team, je sais très bien que ma course aurait été bien différente, bien moins agréable et sûrement pas avec une fin si heureuse…
Alors MERCI À VOUS LES COPAINS ET COPINES!
Mon dossard et celui de mes 2 Frapa nous ont été offerts par notre sponsor Run Bergerac, partenaire de la course, une très belle attention de sa part.

Départ 5h00 pour l’ultra (85km), 8h00 pour le trail des Bastides (44km) et 18h pour la Légende (17k)

5h00: le réveille sonne… je n’ai pas vraiment fermé l’œil de la nuit, pourtant je ne suis pas stressée à l’idée de prendre le départ de cette course, je sais que j’ai fait une bonne prépa et le principal pour moi aujourd’hui c’est juste d’apprécier la course.
5h30: une bon petit déjeuner à base de gâteau sport maison (la recette ici), d’une pomme cuite et d’un grand bol de thé. Il ne me reste plus qu’à m’équiper, contrôler une dernière fois mes affaires et prendre la route.
6h25: En voiture Simone! Nous avions prévu avec les copains de se retrouver à 7h15 au niveau de l’arrivée de la course pour aller ensemble jusqu’au départ. L’arrivée et le départ étaient éloignés d’un peu plus d’1km, parfait pour une petite mise en jambe avant d’affronter les km du trail des Bastides
7h00: J’arrive sur le parking qui commence doucement à se remplir, je finis de m’équiper, vérifie que mon sac est bien complet, et go je pars rejoindre les copains. Je n’ai pas fait 100m, je tombe déjà sur Manu (bénévole pour location) qui prend quelques minutes de son temps pour discuter, on est rapidement rejoint par Noël et les autre copains. Enfin non il en manque 2… Mes 2 Frapa qui sont toujours dans leur camping-car. On part devant, ils nous rejoindront sur la ligne de départ.
7h30: Nous voilà devant la belle arche du départ, et c’est à ce moment là que le coach fait son apparition. « Allez tout le monde, briefing! » Il nous met de suite dans le bain. « dans 1 km les cuissous vont piquer! Alors on s’emballe pas et on marche! Et surtout gardez du jus pour le 30ème km, un double mur nous y attends… ». Merci coach pour ces mots d’encouragement, une petite photo de famille, et les organisateurs nous rameutent sur la ligne de départ.
Compte rendu -  Grand trail du Périgord - Trail des bastide distance marathon
7h50: Speedy tortue n’a pas peur et prend le 1er rang du départ avec les 2 Frapa et Noel, après tout si je ne veux pas être gênée et perdre mon allure, autant que je parte dedans, les autres me doubleront!
Quelques mots des organisateurs, un bon petit briefing, l’ambiance est détendue et le ciel est même dégagé pour le moment, je garde un œil sur le décompte du départ… Et

…1, 2, 3 c’est parti, un pied devant l’autre on se retrouve à l’arrivée…

1 à 5 km Pour la 1ère fois je ne sens pas la fatigue, ou les jambes qui ne veulent pas partir, bien au contraire, je file rapidement pour passer les 2 petits ponts et éviter les bouchons, après un tour de la place, un petit coucou à Antoine de RRUN Bergerac, il est temps de se mettre dans la course, j’ai un grand sourire, tout va pour le mieux. Le 1er km avalé, STOP, (heureuse d’être partie sur le devant de la course) nous devons emprunter les escaliers qui nous mènent sur le chemin du Coulobre.
Bon pas de panique (un petit coucou au photographe Jean Louis en passant), ça ne bouchonne pas trop, je monte rapidement les marches pour me retrouver… derrière 2 coureurs qui visiblement n’ont pas encore compris le principe de la course… ils discutent tous les 2 comme pour une petite balade du dimanche, et j’entends même le 1er dire qu’il a déjà mal aux pattes, ça promet! On n’a pas encore fait 2km… Ils bouchonnent, impossible de les doubler et ça commence à râler derrière moi, mais nos 2 randonneurs n’ont pas l’air décidés à nous laisser la place pour dégourdir nos papattes. Une micro place pour mes baskets se libère, c’est dangereux mais je passe quand même. Quelques coureurs font de même et j’active le pas pour ne pas les gêner à mon tour.
5 à 10 km Les kilomètres passent j’ai le sourire jusqu’aux oreilles! Je passe devant Willy, un grand coucou et je continue sur ma lancée. Quelques mots échangés avec un coureur me font passer le temps sur plus de 2 km, oui je suis une pipelette mais là j’avais trouvé mon maître! =)
10 à 15 km On a le droit à un beau soleil, dans les sous-bois l’air est encore frais. Oh tiens qui voilà ? Coach posté au détour d’une route, des encouragements qui me reboostent puissance mille! Cette course c’est la mienne! Il me dit même que je suis 3ème, je n’en reviens pas! Si tous se passe bien dans la tête et dans les jambes ; j’ai quand même un sac qui m’enquiquine depuis le début, il bouge beaucoup, et même en serrant les attaches au maximum les rebondissements incessants m’agacent un peu…
15 à 20 km  Que vous dire, les km passent, ils passent même très bien, je croise plein de têtes connues qui m’encouragent à chaque fois, un petit coup de boost supplémentaire. Niveau alimentation et hydratation, tout se passe plutôt très bien, j’alterne entre barres, compotes ou gommes. Pas de coup de mou à l’horizon ni même de douleur physique.
Oui, il faut quand même savoir que quelques jours auparavant je ne faisais vraiment pas la fière, avec un bon gros début de tendinite au niveau du bassin et le siatique en PLS… Mais ça je me suis bien cachée de le dire à quiconque. Comme m’a dit un jour le coach « ne t’inquiète pas, les bobos d’avant course on en a tous, c’est dans la tête ». Et il n’a vraiment pas tort!
Compte rendu - Grand trail du Périgord - Trail des bastide distance marathon
20 à 25 km  Je passe un signaleur qui m’annonce que je suis 4ème femme… Et je n’ai pas vu une seule femme me doubler depuis le début… et 150m plus loin un autre signaleur me dit « bravo 2ème féminine! » Bon là les gars c’est gentil, mais faudrait penser à accorder vos violons quand même =). Quoi qu’il en soit, je continue à galoper l’esprit léger! Je passe les ravitos sans prendre le temps de m’y arrêter, Speedy tortue apporte toujours tout sur son dos!
25 à 30 km  Plus je me rapproche des 30 plus je… Ben non, même pas peur, le parcours étant bien plus roulant que je ne le pensais, je me dis simplement que ça me permettra de marcher un peu.. j’ai en plus confirmation par un signaleur que je suis 2ème féminine, je rigole et je lui dis « La 1ère c’est ma meilleure amie je lui laisse la place pour quelle m’attende avec ma bière =) ». Niveau alimentation, le ventre commence à ne plus supporter les barres, je finirai avec compotes et gommes sans problème.
30 à 35 km  Boum! Ah oui, quand on m’a dit mur, je pensais pas à ça quand même… Faut être coupée de chèvre?! bon allez, go, un pied devant l’autre, je m’aide des petits arbustes pour me hisser et soulager un peu mes cuisses, je tourne le regard et là… une femme.. Ah non, Speedy tortue, allez go! T’as fait le plus long, alors tu mets les gaz! je grimpe à toute allure, même pas mal, même pas fatiguée! J’arrive en haut avec un grand sourire, je relance direct pour amorcer la descente quelques mètres plus loin. Un coup d’œil derrière moi : personne… YES! Je descends à toute allure pour prendre un maximum d’avance sur la 3ème féminine, j’arrive presque en bas… ET LA….
Compte rendu - Grand trail du Périgord - Trail des bastide distance marathon
Je vois une Nana suivie de 5 coureurs, presque perdus, arrivés d’un chemin qui n’est pas du tout le bon! ET là oui j’ai pris le mur! Mais qu’est-ce-qu’ils font? Je monte très rapidement en pression, la fatigue me fait perdre vite mes moyens, 2 enjambées pour les rattraper, je suis sur les talons de la nana, je lui demande ce qu’ils font là. « On ne sait pas on a pourtant suivi le balisage… » me dit un coureur. PARDON, TU TE FOUS DE MOI? La nana en plus n’avance pas! Elle fait tout pour que je ne la double pas, je deviens rouge!! La fatigue et l’énervement me font monter les larmes au yeux, non je ne veux pas perdre ma place au profit d’une « TRICHEUSE »! Qui en plus fait la sourde oreille! La voilà qui se trompe encore de chemin… j’en profite pour prendre le bon sentier et reprendre mon allure.. mais c’est trop tard, le moral est atteint, et là je sais que les prochains km seront très longs..
35 à 40 km  J’arrive devant le dernier ravito, un coup d’œil : pas de femme à l’horizon, je tente de me calmer un peu et profite de cette nouvelle montée pour marcher. Mais la fatigue et les larmes montent… Je fais une chose que je ne fais jamais : j’appelle l’amoureux il faut que je lui dise! Je n’aime pas les injustices, j’en ai mal au ventre, je ne pense plus qu’à ça ! Le pauvre ne sait pas quoi me dire, juste de reprendre ma course et ne plus m’inquiéter… Un nouveau coup d’oeil derrière moi : la femme avec qui j’ai monté le mur du 30ème km arrive à grands pas, elle arrive même à ma hauteur rapidement… Je lui souhaite une bonne fin de course. Elle prend le temps de m’encourager et me propose même qu’on la finisse ensemble (voila un vrai esprit de coureuse). Je lui explique ce qui s’est passé quelques km plus tôt, elle est en colère, et se demandait bien elle aussi ce que cette femme qui n’avait pas du tout une allure à être devant nous faisait là. Je la laisse filer devant moi, mon mental ne tiendra pas son allure.
40 à 44 km  Allez, il ne reste plus beaucoup de km mais ils sont difficiles, je n’ai pas retrouvé mon esprit positif, je n’ai plus que la colère, et même si je tente au maximum de m’en servir de carburant, je manque crucialement de jus, mais je suis loin d’être la seule : on finit tous par marcher au moindre raidillon… Une grande descente s’annonce, et j’aperçois ma voiture sur le parking. Les larmes montent, je hoquette, j’ai réussi, je suis presque à la fin… J’essaye de galoper, mais mes jambes ont vraiment du mal à dérouler, plus que quelques centaines de mètres. Je suis rejointe, juste avant l’arrivée, par Xavier. Ça me redonne le sourire, j’ai les larmes de nouveau, je vois l’arche, je vois mes frapa, je vois l’amoureux… Xavier me laisse franchir la ligne. Je tombe dans les  bras de l’amoureux puis de ma cocotte…
Je suis 3ème Féminine, j’ai parcouru 44km en 5h15… Je suis heureuse!
Je marche un peu, file sur la table des ravitos manger et pour une fois décide de me faire dorloter par un kiné qui propose des massages sur place, le bonheur! Il me demande si j’ai mal quelque part…. Eh non! Il me palpe les jambes mais non, pas de douleur… Bon le massage aura été de courte durée du coup =).
J’ai juste le temps d’enfiler mes chaussures que voilà coach qui ce précipite vers moi! je lui saute dans les bras, le remercie mille fois, je suis tellement émue, il me dit qu’il est vraiment fier de nous! Le plaisir est là!
received_394117267842130
Une bonne douche chaude, un bon repas et c’est déjà le moment de monter sur le podium. Partager le podium avec ma frapa, ça n’a pas de prix!! je suis sur mon petit nuage! L’amoureux, les copains et coach sont là. Il est où le bonheur? Il est la!!

Un très grand merci aux organisateurs et bénévoles de cette course, vous avez fait un travail de folie vraiment! L’organisation du parcours des ravitos, des encouragements, tout était là pour passer une course 100% plaisir. J’en perds mes mots tellement je suis épatée du travail qui a été fait et de voir autant de copains bénévoles sur cette course c’était… comment dire féerique! Encore merci à vous tous!

Et pourquoi pas l’année prochaine tenter l’Ultra un les Frapas ?

Pour plus de photos  c’est ICI et ICI 

Et le classement général des courses 85Km 44Km  17Km

Le parcoure et ma course sur STRAVA

Compte rendu - Grand trail du Périgord - Trail des bastide distance marathon

 

Un commentaire Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s