Compte rendu – Trail du Cap de Creus

Rosas Espagne – 12Km – D+600 – 2019  

Loin de la gadoue, prés des cailloux…

Trail du Cap de Creus

On sort des sentiers battus pour cette course, à plus 500 Km de la maison, c’est à Roses en Espagne que je vais épinglée mon 1er dossard à l’étranger. Pour quoi si loin?! Mon père habite justement la-bas, une bonne occasion pour passé un moment en famille et galoper sur les hauteurs de Roses.

Si la distance ne me faisait pas vraiment peur, le dénivelé qui aller avec un peu plus et pour avoir fait pas mal de vélo sur les hauteurs de la ville cet été je sais que les chemins sont loin de ressembler à ce de Dordogne.

La plus par des photos que vous allez voir sur l’article ont été prises la veille de la course, je suis partie faire une mini reco en vélo électrique histoire de s’avoir un peu ce qui m’attend le lendemain. Je n’étais pas du tout la pour faire un quelconque classement ni même temps, c’était une course plaisir, un moment de partage avec ma famille, une course avec passion et sans pression! =)

20190406_145449

La remise des dossards ce fessai le soir ou le matin de la course, j’ai préférais la jouer cool et prendre mon dossard la veille! J’arrive devant le grand tableau qui donne nos numéros de dossard (jusque-là encore inconnu) numéro de dossard 1491… je suis née le 14-11-1991… bon moi qui voulais la jouer en mode rando la course, la je vais faire un petit effort c’est quand même pas tous les jours que notre dossard porte les numéros de notre date de naissance ❤

Jour J – Départ prévu de la course à 09h30 pour l’Express

7h00 Je descends tous doucement les marches pour me retrouver dans le grand salon, une vue magnifique sur la mer, il fait encore très sombre, mais la vue est splendide!

Trail du Cap de Creus

Je me prépare un petit déjeuner rapide, 2 tranches de pain d’épice, une banane et un thé fera l’affaire. Je m’installe devant cette vue a couper le souffle en attendant que toute la petite famille se réveille.

8h45 Nous sommes à quelques minutes en voiture du départ, sans pression l’amoureux m’amène sur les lieux de la course, je pars m’échauffer quelques minutes et le rejoint 2 cafés à la main.

9h15 Direction le sas de départ, il me semble qui y a autant de Français que d’Espagnole sur cette course… l’amoureux toujours très soucieux de mon confort insiste pour que je parte emmitouflée sous un K-way… bon je vais pas faire la forte tête il a surement raison l’air est encore frais et arrivé en haut de la colline je risque d’en avoir besoin…

9h30 Je trouve 2 Françaises avec qui j’échange quelques mots, je comprends vite qu’elles sont plutôt la pour du tourisme et accompagner leurs copains déjà partis sur une des courses plus long. Le départ va être donné derniers bisous à l’amoureux et…

…1, 2, 3 c’est parti, un pied devant l’autre on ce retrouve à l’arrivée…

1 à 2 Km Départ direction les hauteurs de la ville, 500m dans les ruelles et nous voilà déjà su les chemins en direction du pic de l’Aliga. J’ai déjà super méga chaud…, merci chéri!
2 à 4 Km Tout le monde commence déjà a marcher, il faut dire que ça grimpe sec! j’en profite pour enlever les 3 couches de trop que j’ai sur moi, je, mais toute en boule dans le sac et prend une bonne allure de marche.
J’ai très vite les molles qui tire, didon, c’est vraiment raid la côte et pas un moment de répit!
Je double et me fais doubler à une allure d’escargot… bon je suis pas la seule a avoir du mal, mais je suis plutôt contente de voir que la progression ce fait quand même rapidement et sans trop de douleur.
Je ne suis pas du tout dans la surprise de la difficulté, d’avoir reconnu le parcoure la veille m’a permis de vraiment anticiper l’effort, je sais quand marcher et quand relancer!
Il m’aura fallu 40 min et me voilà arrivée au drapeau catalan en haut du pic de l’Aliga.
4 à 6 Km Le plus dur est fait, enfin non, je sais très bien que la descente sera bien plus technique que les 1er km déjà faits et ça commence de suite avec une descente dans les rochers, l’escadre et de mise, je fais attention à chacun de mes appuis.
Nous voilà sur la crête qui relit le pic de l’Aliga au pic Alt, on peut enfin faire quelques foulais, le temps et magnifique et même si nous ne parlons pas la même langue la bonne humeur entre coureurs est la! (beaucoup d’Espagnoles se filment ou se prenne en photo pendant la course et beaucoup vont avoir mes grimasses et danses improvisées en souvenir =D)
Me voilà presque à la moitié du parcours et ce sont les derniers mètres d’ascension. J’entendant du monde encourager les coureurs, le ravît ne doit vraiment pas être loin.Et qui voilà passé les bruissons, mon père, ma belle m’erre et ma soeur qui attendent sagement que j’arrive et qui visiblement ne mon pas encore vue… Je le cri « Et alors mon fan-club on m’encourage pas! » Leurs sourires étaient aussi grands que le mien! je monte encore plus vite les quelques mètres qui nous sépare, mon père me suis sur quelques mètres pour m’encourager immortaliser ce moment, je la motivation et le cœur regonflé comme jamais.
6 à 8 km Aller c’est partie pour la descente, houla molo molo c’est que ça descend sec et la si je tombe ces pas dans la boue, mais sur les rochers et cailloux! j’essaye quand même de prendre une bonne allure, je me fais doubler très rapidement par bon nombre de coureurs et coureuses habitués a galoper dans ces collines.
Je revois de nouveau à 3 reprises ma famille qui est autant que moi à fond dans la course, partager ce moment avec eux donne un gout inexplicable et magique! (Ne vous inquiéter pas pour l’amoureux  il n’a pas disparu, il est gentiment à la table d’un café avec son journal en attendant mon arrivé)
 9 à 10 Km Bon je n’ai vraiment pas prévu de me faire une cheville aujourd’hui surtout à quelques semaines d’une course importante pour moi. Je continue donc ma décente en fessant bien attention à chacun de mes appuis.
Je me fais doubler pas encore 2 ou 3 personnes vues leurs allures je ne joue même pas!
À nous voilà enfin sur un chemin, la course dans la montagne et déjà finie…
11 à 12km Je rattrape quelques coureurs qui visiblement sont plus à lèse en descente que sur du plat… je sais que la fin est toute proche j’ai le sourire jusqu’aux oreilles et il me tarde de les voire…
C’est bon l’arche est en vue je les cherche du regarde et les trouves tous les 4 sourires aux lèvres, portable à la main dernier petit effort, fin en sprite et voilà la ligne est passée moins 1h30 comme prévue… LE KIF!
Je finis bien loin du podium, mais 13 féminine sur 160 participantes je suis quand même bien contente de mon classement =) petit tour a la table des ravo et retour maison pour fêter ce moment en famille.

Il y a-t-il une différence dans l’organisation d’une course espagnole et française? Non pas vraiment… Mis à part les signaleurs bien moins pressent voir même inexistant on retrouve toujours une bonne ambiance et une table de ravît garni de saucisson et morceaux d’orange. Même si nos langues sont différentes on court tousse avec le cœur enfin les pieds et vraiment c’était top de changer un peu de terrain de jeux, de voir un paysage a couper le souffle .

Pour plus de photos  c’est ICI 

Et le classement général des courses  ICI 

Le parcoure et ma course sur STRAVA

30742237_1721726831253149_163606621543464960_o (1)

Un commentaire Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s